AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Sujets similaires
Sondage
Présenation du forum avec ou sans portail?
Pour
100%
 100% [ 4 ]
contre
0%
 0% [ 0 ]
Je m'en fout
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 4
Derniers sujets
» facebook get fans xr
Mar 2 Aoû - 13:17 par Invité

» buy facebook fan page f7
Mar 2 Aoû - 6:21 par Invité

» bib nonnnnnnnnnnnnnnn
Sam 1 Déc - 8:04 par bibiseven

» HoF Maxek
Ven 28 Sep - 5:29 par bibiseven

» Créations d'images (pour Ogame) par ordre de création
Ven 24 Aoû - 17:03 par bibiseven

» Nico^^
Jeu 23 Nov - 3:16 par bibiseven

» Pour mes amis Ogamiens: Skin pour Ogame
Sam 18 Nov - 19:34 par bibiseven

» Bannières 1ers essais
Mar 26 Sep - 21:52 par bibiseven

» Vidéo: Nos amis les chats mdr
Mar 26 Sep - 13:33 par bibiseven

Bonjour à tous
Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
Profil
FAQ
Rechercher
Du laché d'informations...
...ça donne ( à peu près) ça:

Partagez | 
 

 Paroles de chansons: Mano Solo

Aller en bas 
AuteurMessage
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: Paroles de chansons: Mano Solo   Ven 24 Fév - 16:25

Ndlr: Rangées en vrac et non pas par album :p

Quelques uns des plus beaux textes de Mano Solo:


"15 ans du matin"

A 15 ans du matin j'ai pris par un drôle de chemin des épines
plein les bras je me suis troué la peau mille fois a 18 ans du
matin j'étais dans un sale pétrin jouant du poing de la chignole
de la cambriole du vol de bagnoles ça fait du temps
maintenant inexorablement passe le temps qui tue les enfants
A 18 ans du soir j'ai perdu la mémoire a 20 ans du matin j'ai
rencontré l'amour qui devait rimer avec toujours il a rimé
avec hier a 23 ans du matin tout seul comme tout un chacun les
yeux grands ouverts de ne rien voir j'ai peint des tableaux
tout noirs à 23 ans du soir j'ai perdu la mémoire à 24 ans du
matin la mort m'a serré la main et en me tapant un coup dans
le dos elle m'a dit salut et à bientôt a 27 ans du matin j'ai
chopé ma putain de guitare et à grand coup de butoir j'écrase
le cafard ça fait du temps maintenant inéxorablement
passe le temps qui tue les enfants à 30 ans du soir je t'abandonne ma mémoire

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:26

"A pas de géants"

Il s'approche et me lèche des ses rayons à la sensation nouvelle
Ni chaud, ni froid, juste plus près de moi
Il s'approche et s'accroche à mon corps raviné pour enfin l'avaler
Ceux qui en reviennent disent que c'est tout blanc
Et que pour une fois c'est apaisant
Je regarde à la télé des documentaires animaliers
Savez-vous qu'en Australie des oiseaux font de la peinture
Et ces petits trains de scarabées gros comme le poing
Qui sous la lune ondulent sur les dunes
Ce n'est pas tant que j'aime la mienne
Ce qui est sûr c'est que j'aime la vie
Parce qu'avec un cafard pareil
Je me serais bien flingué ici

La vie est un chemin d'argile qui sous le soleil s'effrite
Où l'on s'embourbe sous la pluie et qui ne tient que gelé par l'hiver
J'avance dans le froid, sa morsure me fait courir
Phillipides maudit ma grande nouvelle à bras le corps
Je bute, tombe et repars laissant là un bout de ma vie
Ma grande nouvelle aura changé, c'est la mort qui est annoncée
Mais l'hiver c'est fait pour résister
Alors mes jambes le moteur, ma tripe l'ardeur
Mon cœur la blessure, ma tête la rage
Se réveillent tout d'un coup et lancent un sprint de fou
Rien ne m'arrêtera je serai premier avant la mort
Et bras d'honneur à l'arrivée

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."


Dernière édition par le Ven 24 Fév - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: Re: Paroles de chansons: Mano Solo   Ven 24 Fév - 16:28

"Au creux de ton bras"

Ça fait des heures que tu l'attends
T'as mal aux os, t'as mal au dos
Tu transpires, c'est pas parce qu'il fait chaud
Et tu trembles, c'est pas parce que t'as froid
Et tu l'attends le salaud
Il prend son temps
Il sait qu'il aura ton argent
Tu ferais n'importe quoi
Pour l'avoir ton petit képa1
Tu voudrais la sentir déjà au creux de ton bras
La femme de ceux qui n'en ont pas
Tu le vois venir de loin
C'est ton soleil qui revient
Avec sa sale petite gueule d'enculé
C'est sûr que, ce mec-là, il va t'arnaquer
Mais, déjà tu flippes2 comme un chien
De peur qu'il te dise qu'il n'a rien
Et quand il tend sa merde avec mépris
Tu vas même jusqu'à lui dire merci

Tu cours dans une sanisette
Et là pour toi c'est la fête
Et là avec l'eau de la cuvette
Tu prépares ta petite dinette
Et quand enfin tu plantes ton pieu
Dans ton bras devenu noueux
Et que le rouge se mêle au blanc
C'est la fin du tourment
Tu la sens maintenant au creux de ton bras
La femme de ceux qui n'en ont pas
Et tu piques du zen3 dans la rue
Et déjà tu te souviens même plus
Qui t'étais avant, du temps où t'avais des couilles
Où t'étais fier, du temps où t'avais même
T'avais même des rêves
Et tu piques du zen dans la rue
J'ai comme envie de te botter le cul
Mais j'ai bien trop peur de te casser en deux
Tellement que t'as l'air d'un petit vieux
Emmène-la au creux de ton bras
La femme de ceux qui n'en ont pas
Elle est vieille ta femme
Elle est trop vieille pour toi

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:29

"Janvier"

Janvier à ma fenetre , je regarde la rue , où sont plantés les êtres un rayon de soleil serait pas superflu . Au balcon de mon deux pieces , je fume en hiver , en crachant de bons vieux glaires comme j'aurai craché le noir de ma nuit. Comme j'aurai craché
, la haine ou l'amour comme le fit ma mère en me cranchant moi.
Janvier à ma fenetre à mes pieds se dégorge le monde , je sais qu'en bas , au coin , quelque chose m'attends ou bien quelqu'un. Et les gens m'aiment parceque je suis triste , alors ,pourquoi ils veulent que je change ? Et les gens m'aiment parceque je sui
s seul , et les gens m'aiment parce que j'ai mal , et les gens m'aiment parceque je meurs à leur place en quelque sorte , drôle d'histoire , j'y comprends rien ...
Janvier à ma fenetre , je tire le rideau , rien ne sera plus jamais beau. Les gens qui vivent autour de moi savent bien à quel point je t'aime , ils ne voient pas bouger mes lèvres mais ils savent qu'elles parlent de toi. les gens qui vivent autour de moi
ne me demandent plus a quoi je pense , ils savent que je vis un monde de glace, ils savent que leur sourire ne réchauffe que son porteur ils savent que jamais plus tu ne me tendras la main , ils voudraient bien que je t'oublie , que je les aime autant qu
e tu me fais la gueule , les gens qui m'aiment sont bien seuls.
Et moi j'suis bien tout seul ,avec tout ces gens qui m'aiment , tout ces gens qui m'aiment ...

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:30

"C'est en vain"

Et je sais que c'est en vain que je mords un sein
Que j'embrasse une épaule, que ma peau se frotte et frôle
Et je sais que c'est en vain que mille fois je replonge
Sans jamais me mouiller, sans jamais me noyer.

Et je sais que c'est en vain que je dévore la route
Pour chaque soir étaler mes croûtes.
Mais tu n'es pas dans la salle
C'est sur une autre scène
Que tu déballes tes oripeaux et ton pipeau

Et je sais que c'est en vain, y a plus que des villes
Sans fleuve, des pays sans femme et sans chien,
Y a plus que des ports sans voile et des métros sans bouche

J'ai oublié ton numéro
Mais pas celui qu'on faisait tous les deux
J'aurais beau chercher une voix sans traverses
Un chemin sans l'enfer
J'aurais beau courir plus vite que mon corps
Et trouver une mort sans cimetière
J'aurais beau chercher des journées sans remords
Et des boules sans qui-est-ce ?
J'aurais beau lutter sans forces
Et abandonner avec violence

Je sais que c'est en vain
Depuis toi je n'aime rien.

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:31

"Quand tu me diras"

Quand tu me diras que tu me vois plus
Que tu m'as trop vu, que tu peux plus me voir
Quand tu me diras que tu me sens plus
Que je sens trop fort que je pue la mort
Quand tu me diras tous ces trucs-là
Moi j'entendrai rien, je serai déjà loin

Dans la musique qui m'emporte et qui me prend dans ses bras
La musique qui me réchauffe la tripe et qui pleure avec moi

Quand tu me diras que je te fais peur
Quand tu me diras que ta vie elle est ailleurs
Quand tu me diras que l'amour est un
Jeu d'enfants et que t'as plus quinze ans
Quand tu me diras tous ces trucs là
Moi j'entendrai rien je serai déjà loin

Dans la musique qui m'emporte et qui me prend dans ses bras
La musique qui me réchauffe la tripe et qui pleure avec moi

Quand tu me diras tous ces trucs-là
Moi j'entendrai rien
Tout ce que tu me dis c'est des conneries
Moi je penserai qu'à te prendre la main
Elle sera toute froide mais ça fait rien
Fait rien
Moi je serai parti, je serai déjà loin

Dans la musique qui m'emporte et qui me prend dans ses bras
La musique qui me réchauffe la tripe et qui pleure avec moi

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:32

"Je suis venu vous voir"

Je suis venu vous voir avant de partir , y avait personne ça vaut mieux comme ça , je savais pas trop quoi vous dire , croyez pas que j'vous abandonne même si , encore une fois , je vous laisse le pire : les larmes qu'on verse sur la mort d'un homme .
Adieu mes amis , je m'srai bien battu encore , adieu mes amours , priez pour moi...
Toi que j'aime , que j'ai aimé , compagnon d'un jour ou d'une année , déjà tu sais que dans mon cœur même moisi flottent encore violence et tendresse ... mon existence ne tient pas qu'a ma graisse , je suis esprit avant dêtre un corp , je suis mort mais
rien n'est fini , il reste ma voix et bien peu d'écrits .
J'avais surtout une grande gueule pour chanter des chansons d'amour pour Paris , sur la ptite scène du Tourtour...
Mes amis , ne pleurez pas , le combat continue sans moi , tant que quelqu'un écoutera ma voix je serai vivant dans votre monde a la con ! avec du sang plein les orbites , et même du plastique sur la bite je vais sûrement être recalé a l'examen du grand sa
ge mais j'en profiterai quand même pour lui dire ce que j'en pense de l'existence , cette engeance , et s'il ne voit pas que je suis un ange alors qu'il change de boulot... et s'il veut , moi je prend sa place : y aura des filles et de la Ganja , des pass
ion sans limites , nous nous battrons des ailes et nous volerons bourrés , nous mangerons des pommes envenimées et nous cracherons le mal comme un pépin, nous serons sincères comme jamais et nous serons beaux pour ça ...

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:34

"Les poissons"

Les rêves ça pousse sous la pluie
Quand la dernière larme fait déborder la rigole
Et le flot t'emporte loin très vite
Et tu ne sens plus le froid
L'eau qui te mouille et tu respires dans la vague
En déclarant aux poissons plutôt crever
Plutôt mourir que ne pas vivre
Alors, alors ils t'écoutent sachant bien que tu n'es pas d'ici
Et comme un étranger rentrant chez lui
Tu vas partir tu n'es pas de ce monde
Et ta femme jalouse possessive et redoutable
A laissé sur toi son parfum tenace et visqueux
Madame la mort ne supporte pas d'incartades
Tout juste elle te donne du mou
Faire le fanfaron déchiré sur un comptoir
A hurler pour un panier de crabes
Une tribu de morues et un banc de maquereaux
En brandissant ton poing rageur
Moi c' est pas ma femme qui porte la culotte
Alors ils rient ou s'émeuvent du ridicule
Ou de la naïveté et les conversations reprennent
Chacun dans sa bulle d'eau propre
Les poissons s'en branlent
Iils ne viendront pas chez toi vérifier
A-t-on déjà vu un poisson sortir de l'eau et visiter la réalité?

Il y a pourtant tant de choses à dire, tant de choses à faire
Tant de barreaux à scier avec les dents qui restent
Il y a tant de morts à vivre en toi, cimetière ambulant
De souvenirs de chair et de sang d'espoirs inassouvis abattus en plein vol
Tant de haine qui ne se tait que pour reprendre son souffle
Tant d'amour jamais si vrai qu'au moment où il fait mal
Tant de choses à dire, tant de chemin parcouru
Pour n'oublier que les autres qu'on traverse et qu'on transperce
Pour se retrouver tout rouge, la bouche dégoulinante
D'une valve qu'on mâche encore.
Il y a tant de vérités qui ne servent qu'à mentir
Tant de merde pour chaque jour sortir de mon cul
Il y a tout ce qu'on mange et tout ce qu'on tue
Il y a tant d'amis d'aujourd'hui
Qui déversent des mots qui flattent mon ego
Comme la croupe d'un cheval de labour
Et qui plongent dans le sillon définitivement impur
Il y a tant de feux-follets, femmes étincelantes qui percent mes ténèbres
L'espace d'un instant , juste un instant, t'es pas rendu mon gars

Il y a tant de choses en toi, alors la marée s'en va
Et les poissons avec elle
Alors planté dans la vase tu sais qu'elle t'attend
Et qu'à mesure que l'eau descend sous ta peau tu la sens
Qui récupère son bien, tu lui appartient
Alors elle te ramène chez toi titubant
Et te borde dans ton lit froid
Et elle gèlera tes rêves pour que tu ne t'y noies pas
Pas encore et tu sens ton corps flétrir
Et racornir sous le gel à mesure qu'à l' intérieur gonfle ton cœur
Et encore une nuit à attendre de savoir si tu tiendras les pressions
A se demander pourquoi ne pas laisser béton
Cette histoire n'est plus la tienne
Il est mort depuis longtemps le beau jeune homme au talent
Il ne reste que sa rage qui demain te tiendra debout
Momie raidie par le froid avec juste la force de pleurer
Sous cette putain de pluie où naissent les putains de rêves

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:35

"Pas du gâteau"

Y'en avait plein les jardins
Y'en avait plein les cours d'immeubles
Des p p'tits bambins
Des ptis parisiens
Et même des p'tits gavroches
Les deux mains au fond des poches
Qui te matent en coin
Avec des têtes de p'tits malins
Alors j'ai dit
Allez viens mignonne
on en fait un
on l'tiendra par la main
Tous les trois
on rigolera bien
Mais c'est là que t'as dit
Qu'la vie c'est pas du gâteau
Et qu'on fera pas de vieux os
On fera pas d'marmots
Pour leur gueuler tout haut
Qu'la vie c'est pas du gâteau
Même si je gagne pas ma vie
Et même si j'ai le SIDA
moi ça m'coupe pas l'envie
moi j'me dis pourquoi pas
J'voudrais mordre à pleine dents
Dans les joues roses d'un enfant
J'lui dirai salut mon p'tit gars
lui m'dirait salut papa
J'l'emmenerais faire des conneries
Tous les trucs qui sont pas permis
Comment guédra les meufs
Comment c'est qu'on fait la teuf
moi tu vois avant d'crever
J'voudrais laisser couler
D'la morve d'un petit nez
Un p'tit sourire
un p'tit bout d'éternité
Tu m'dis que tout ça c'est des fantasmes
Et j'ai du mal à t'contredire
Mais j'voudrais quand même
Laisser une trace
Avant d'partir
Avant d'mourir
Et même si la vie
C'est pas du gâteau
Et qu'on fera pas de vieux os
On fera pas d'marmots
Pour leur gueuler tout haut
Qu'la vie c'est pas du gâteau

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:36

"Toujours quand tu dors"

Je me sens si seul ce soir
Tu es là pourtant dans mon lit, dans ma nuit
Je f'rais mieux d'me coucher contre ton corps
Au lieu d'rester là à fumer encore et encore
Mais tu sais, pour moi
Y a des choses simples qui n'le sont pas...
Et c'est toujours quand tu dors
Que j'ai envie de te parler
C'est toujours quand tu dors
Que moi j'dors pas
Comme un lamentin qui s'lamente
Dans les eaux troubles du manque
J'ai la mort aux trousses qui me fout les foies
Qui me hante, qui me tente
Qui me vante son antre
Et combattant immobile
J'écoute bouillir mon sang, ma bile
Et battre à mes tempes
Le décompte du temps
Et c'est toujours quand tu dors
Que j'ai envie de te parler
C'est toujours quand tu dors
Que j'veux pas crever...
Et la nuit s'éternise
Et moi j'penche comme la tour de Pise
Fatigué sur un dernier dessin
Encore un qui raconte que j'me sens pas bien
Alors j'ai sommeil, mais j'veux pas dormir
Alors je veille, je sais qu'un jour tu vas partir...
Parceque c'est toujours quand tu dors
Que j'ai envie de te parler
C'est toujours quand tu dors
Que moi j'dors pas
Et le bleu du p'tit matin me délivre enfin
Et je fume mon dernier joint
Et c'est déjà demain...

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:38

"Tu t'envoles"

J'ai pas la vie qu'est trop facile
Je sais même plus si c'est ça une vie
Je suis pas près d'être moins triste surtout quand je te vois
J'ai pas la vie qu'est trop facile
J'ose plus bouger d'un cil
De peur de passer sous le métro
Ou de me faire écraser par un piano

Tu ouvres les ailes et tu t'envoles
Je voudrais te suivre mais je pèse des tonnes

J'habite sur tétanos boulevard
Là où l'élan des femmes se suspend au dernier instant
Comme happés elles disparaissent
Maudit boulevard du crime
Où l'on cherche qui l'assassin, qui la victime
On est tous un peu les deux
Le point commun c'est qu'on n'est pas heureux.

La vie, elle te fait pas de cadeaux
Ou alors elle t'en fait trois
La mort, la mort et la mort de l'âme du cœur et du corps
Et ces trois cadeaux maudits, je les ai fait moi aussi
Comprends que ça pèse sur mon sourire
Que ça me donne juste l'envie d'en finir

Je te connais pas, je ne t'ai jamais vue
Mais si un soir au coin de ta rue
Tu t'accroches au feu dans mes yeux
Ecoute ta peur au fond de ton cœur
C'est le regard d'un naufrageur
Qui d'ici jusqu'à la mer
J'ai cramé toute ma garrigue
Qui d'ici jusqu'à l'enfer
Y a plus qu'un pas dans le vide

Alors ouvre tes ailes et envole-toi
Ne me laisse pas te suivre ou tu pèseras avec moi

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:39

"Y'a maldone"

Y a maldonne pour les hommes aux quatre coins de la terre
J'entends le glas qui sonne, fais tes prières
Y a du sang dans le caniveau, y a de la cervelle sur les murs
A la télé ça fait crado, ça fait longtemps que ça dure

Mais toi, dans ton paradis tout petit
Tu te prends la tête et tu t'ennuies.
Tu sais même pas quel goût ça a la vie, là-bas

Y a maldonne pour les hommes emprisonnés
Qu'ont plus qu'un os à ronger, la fatalité
Y a maldonne pour tous ceux qu'ont rien à bouffer
Alors qu'ici on en jette des tonnes, ça me fait gerber

Là-bas c'est trois étoiles sur un col, une étoile
Rouge pour tous, il n'y a plus de bonne étoile
Là-bas dans les ghettos y'en a qui se font la peau
A grands coups de pétoires pour juste un bout de trottoir
Là-bas dans les stades c'est l'arbitre qu'a un gros
Flingue et c'est carton rouge pour tout le monde
Là-bas dans la brousse y a surtout des mouches collées
Sur les yeux de ceux qui meurent de faim
Là-bas dans les rues y a des obus qui font leur marché

Un enfant par-ci, un combattant par là
Un enfant , un combattant, un enfant, un combattant
Un sniper à sa fenêtre, un enfant , un combattant
Un enfant, un combattant, un sniper à sa fenêtre, un enculé

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:43

"Allez viens"

Allez viens
Nous construirons ensemble
La nouvelle, la nouvelle déchirure
Et je sais
Y a des trucs qui s'oublient pas
Mais moi tu sais, j'oublie rien
Allez viens
Et c'est toi que j'pleurai demain
Quand tu m'auras laissé
Quand tu m'auras repris
Bien plus que tu m'auras donné
Allez viens
Y a qu'a faire semblant de rien
Juste un peu fermer les yeux
Rien qu'y croire un tout p'tit peu
Allez viens
Pleures dans mes bras
Tu vois y a mille et une raisons
De pas rester seul comme un chien
Allez viens
Et c'est toi que j'pleurai demain
Quand tu m'auras blessé
Quand tu m'auras griffé
D'un regard trop lointain
Quand t'auras tout dis
Sans un mot
Dans l'arrière salle d'un bistrot
Et c'est toi que j'pleurai demain
Quand tout Paris me demandera
Et pourquoi ?
Et pourquoi ?
Et pourquoi t'es plus là ?
Allez viens
C'est sur qu'on peut rester tout seul putain
Mais on a vraiment toute la vie pour ça
Allez viens
Laisse toi faire
On laissera nos casseroles au vestiaire
On ouvrira un peu les yeux
On s'sentira un peu moins vieux
Et c'est toi que j'pleurai demain
Quand tu m'auras laissé
Quand tu m'auras repris
Bien plus que tu m'auras donné
Et c'est toi que j'pleurai demain
Quand tu m'auras laissé
Quand tu m'auras repris
Bien plus que tu m'auras donné
Allez viens

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:43

"Dis-moi"

Dis-moi que je crèverai seul comme un chien
En haut d'une montagne qui plonge dans la mer
En plein vent la narine frémissante
Et tous les sens en éveil pour le dernier show de la vie
Dis-moi qu'un oiseau viendra me rassurer de son indifférence
Tout va bien me dira-t-il, il est juste grand temps de pourrir
Dis-moi que les feuilles viendront roussir
Et qu'avec elles le vent m'emportera
Sans qu'aucun boulet de la vie pour une fois ne puisse me retenir

Alors il ne sera rien que je regrette
Sauf peut être cette vie entière
Que nous n'avons pas vécue
Cette promesse non tenue

Mais qu'importe, que le vent m'emporte
Nourrir les vers et les cloportes
Ce sera bien là de toute une vie
Le seul contrat bien rempli

Je n'ai jamais vendu mon âme
Mais c'est mille fois que je l'ai offerte
En pure perte, en pur drame
En pâture aux femmes

Mais de tout ce vin ne reste que le tanin vinaigre
De plaies par trop ouvertes, au fond d'un grâal
Puits sans fin où se dilue l'hier sans lendemain
Dis moi que ça ne fait rien
Ce sera juste la preuve que ce n'était que ça qu'être humain
C'est peut-être ça qui est bien
C'est peut-être ça qui est bien

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:45

"Chacun sa peine"

Sur le quai chacun sa peine y a des mariniers qui pleurent et de
leur tas de tôles moisies on entend monter leur cri et sur la
tête de ma mère moi je te jure qu'elle est belle la vie et
sur la tête de tous mes frères mais pas sur la tête de mon chien
lui c'est mon copain sur le quai chacun sa peine y a des mariniers
qu'ont du chagrin et qui cultivent leur haine du soir au matin
Y a plus de gazoil dans les cuves y a plus que des chiens qui
s'usent les dents plantées dans la ferraille et qui livrent
L'ultime bataille sur le quai chacun sa peine il suffirait
vraiment d'un rien il suffirait qu'on les aime pour que les
hommes pensent a demain il suffirait qu'elles reviennent
les femmes parties avec de vrais marins que le tour du
monde les ramène jusqu'au canal Saint Martin

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:48

"Novembre"

Je me dois d'un poème ,en cette journée de Novembre à la con.
Je me dois d'une lutte fut elle minuscule,je me dois d'un crachat , ja me dois d'un éclat.
Je me dois d'un souffle sur ce monde entier qui se refuse à moi, je me dois ta conquête.
Ça m'aurait plu d'écrire une chanson d'amour qui ne soit pas qu'une douleur.
Ça m'aurait plu de pendre à ton cou un petit sourir de vainqueur.
Peut être que mon discour aurait changé d'odeur et les gens se seraient dit :
"tiens , pour une fois qu'il ne chiale pas sa mère celui la !"
Je me dois d'un poème ,en cette journée de Novembre à la con.

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."


Dernière édition par le Ven 24 Fév - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibiseven

avatar

Masculin
Nombre de messages : 721
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/10/2005

MessageSujet: re   Ven 24 Fév - 16:50

"Je n'y peux rien"

Le Soleil couche ses rayons
Sur le corps d'une ville.
Il apaise les raisons
Et pour demain prépare ses p'tites folies
Je sais que le monde n'est pas une machine
Je sais qu'il gronde, qu'il saigne, et fulmine

Mais je n'y peux rien
J'aime tant la vie que chaque jour
Elle recommence
Je n'ai cherché qu'une voix pour adoucir les violences
Je n'ai chanté que des vérités d'amour
Je n'ai menti que pour tracer des routes
De velours

C'est une chance que de vivre de mots
Une éternelle enfance à naviguer dans le beau
Ondulant dans l'ondée musicale
C'est une aubade dans laquelle je me trimballe

Je n'y peux rien
J'aime tant la vie que chaque jour
Elle recommence
Je n'ai cherché qu'une voix pour adoucir les violences
Je n'ai chanté que des vérités d'amour
Je n'ai menti que pour tracer des routes
De velours

C'est un voyage dans un espace nouveau
C'est une page qui se lit de bas en haut
Une tour de Babel de rimes cruelles
Déroulant les coeurs en ribambelles

Et je n'y peux rien
J'aime tant la vie que chaque jour
Elle recommence
Je n'ai cherché qu'une voix pour adoucir les violence
Je n'ai chanté que des vérités d'amour
Je n'ai menti que pour tracer des routes
Et je n'y peux rien.

Les rêves du coeur

_________________
"Despite all my rage i'm still just a rat in a cage..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paroles de chansons: Mano Solo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paroles de chansons: Mano Solo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mano solo : la barre est dure
» Dessin - Mano SOLO - aux crayons et pierre noire
» [SOFT] LYRICS FINDER v1.0/2.0 : Trouver les paroles de vos chansons [Gratuit/Payant]
» ~Paroles de chansons~
» une 'tite chanson pour Louisa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bibiseven.com :: Chapitre IV - Les infos :: Fiches perso - Public :: Musique-
Sauter vers: